FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

EAUBONNE (décembre 2010)

Le village, rural jusqu’au milieu du  18ᵉ siècle, change en profondeur sous l’impulsion de Joseph Florent Le Normand de Mézières lorsqu’il fait édifier un véritable ensemble urbain comprenant des châteaux, des pavillons des gardes, des rues, des maisons vigneronnes. Eaubonne devient un lieu de villégiature recherché ne comptant pas moins de 15 châteaux. À partir de 1900, les différents domaines sont touchés par la pression urbaine et leurs parcs progressivement lotis. Aujourd’hui, malgré leur engluement au milieu de résidences de standing insipides, on peut encore admirer un très riche patrimoine : l'Hôtel de Mézières édifié vers 1762, le château du Clos de l’Olive devenu la maison des arts de la commune,

 

A classer 019.jpg

 

 

A classer 017.jpg


  

Le château de la Chesnay de style Louis XV, le Petit Château attribué avec certitude à Claude Nicolas Ledoux, le château des Cèdres de style troubadour,

 

A classer 016.jpg 

 

A classer 026.jpg 

 

Eaubonne II.jpg

 

 

Les écuries du Bois Jacques, imitation de l’architecture normande,

 

A classer 013.jpg

 

 A classer 012.jpg
 

 

Le pigeonnier orientalisant du parc du val joli, le château Philipson, ou encore la tour de facture médiévale de l’avenue Lambert.

 

A classer 023.jpg

 A classer 014.jpg


A classer 027.jpg
 

La ville possède aussi un lavoir restauré dans les années 1990 et un impressionnant marché couvert à l’architecture caractéristique des années 30. N’oublions pas la demeure de Paul Eluard et Gala où ils accueillirent  Max Ernst en 1923.

 

A classer 021.jpg

 

 

Eaubonne.jpg


 

 

 

 

 



09/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres