FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

HOUDAN

Depuis la croix aux pèlerins, on a un magnifique panorama sur la cité qui dès le Xe siècle appartient à la puissante famille de Montfort.

 

DSCN2922.jpg 

 

Le comté est ensuite rattaché à la Bretagne. Le mariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII marque le retour de la ville dans le domaine royal. Grande place commerciale au Moyen Âge, Houdan était réputé pour ses foires de Saint-Jacques et Saint Jean-Baptiste, patrons de la ville, dont l’église devint « Temple de la Raison et de l'Être Suprême » en 1790, puis salle des fêtes avant d'être rendue au culte.

 

DSCN2908.jpg

 

 

DSCN2912.jpg
 

 

La ville était ceinturée de plusieurs enceintes jusqu’à la Vesgre et l'Opton. Il en reste des vestiges, dont les tours Guinant, de Jardet et de l'Abreuvoir, ainsi qu’un donjon flanqué de quatre tourelles.

 
DSCN2918.jpg

 


DSCN2920.jpg

 


DSCN2921.jpg    

 

DSCN2902.jpg

 

        

Ville florissante jusqu’au XIXe siècle, sur le chemin de la route de Bretagne, elle possédait de nombreuses auberges, à l’image de celle de la fleur de lys, particulièrement pittoresque qui portent encore des écus peints en bleu et or. Dans le quartier de la halle, le café de la Paroisse en est le dernier témoin.

 

DSCN2896.jpg

 

 

DSCN2909.jpg

 

 

Nombre de spectaculaires maisons bourgeoises à pans de bois ornent encore le cœur du bourg.


DSCN2897.jpg

 


DSCN2913.jpg

 

DSCN2895.jpg

 


DSCN2900.jpg

 


DSCN2911.jpg

 

             

L’hôtel de Ville est, lui, logé depuis 1966 dans une ancienne demeure de notable.

 

DSCN2915.jpg

 

 

La cité sera entièrement reconstruite à la fin du XVIe siècle et la rue d'Épernon devient le quartier résidentiel. Des commerces, comme cette cidrerie, s'y installent. C’est dans cette rue aussi qu’en 1837 on construit une maison d'école publique pour les garçons. Les imposants bâtiments actuels sont le fruit de plusieurs restructurations et agrandissements.

 

DSCN2906.jpg

 


DSCN2905.jpg

 

 

La distillerie créée par Paul Fouché pour produire le « Guignolet houdanais », était toujours en activité à la fin du XXe siècle, et fabriquait la fameuse Boldoflorine. Depuis peu elle s’est transformé en immeuble de rapport.



13/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi