FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

MONTEREAU FAULT YONNE

Les hommes habitent depuis plus de six mille ans autour du confluent de la Seine et de l'Yonne. La cité est composée de trois paroisses bien distinctes qui ont conservé au cours des siècles leur particularité.

 

DSCN1467.JPG

 

DSCN1479.jpg

  

À Saint-Nicolas, adossé au plateau briard, percé de caves ou durant plusieurs siècles les vignerons entreposèrent leurs tonneaux, on trouve le prieuré Saint Martin et les communs du château de Surville.

 

DSCN1477.jpg 

  

DSCN1483.jpg


 

Saint-Maurice dans la presqu’île est le domaine des pêcheurs avec ses maisons basses typiques.


DSCN1476.jpg
    

Saint-Loup sur la rive gauche de l'Yonne autour de la collégiale Notre Dame est le cœur de la cité. C'est vers 1196 que la tour fortifiée surveillant le confluent est remplacée par un château fort en pierre.

 

DSCN1468.jpg

   

 

Porte de la Brie vers le Gâtinais, de la Champagne et de la Bourgogne vers Paris, la ville connaît la prospérité au XIIIe siècle. Mais l'assassinat de Jean sans Peur par l'un des hommes de l'escorte du Dauphin le 10 septembre 1419 sur le pont d'Yonne, précipite les Bourguignons dans le camp des Anglais. C'est le 1er acte de la guerre de cent ans auxquelles succéderont  les guerres de Religions et la Fronde.

 

DSCN1451.jpg

 

 

DSCN1484.jpg

 

  

En janvier 1814, 400.000 Alliés convergent vers Paris. Napoléon se retourne contre l'armée de Bohême, la refoule vers la rive gauche de la Seine et, le 18 février, après huit heures de combat, fait enlever les ponts de Montereau-Fault-Yonne tenus par 20.000 Autrichiens, Bavarois et Wurtembergeois. C'est l'une des toutes dernières victoires de l'Empereur dont la statue équestre au confluent rappelle ce glorieux  épisode.

 

DSCN1470.jpg 

 

Le patrimoine de la ville est à l’image de son riche passé. En remontant le temps, on découvre tout d’abord, l’ancien grenier à sel de Preuilly  la plus vieille maison de Montereau, ainsi que l’hospice de la charité. L’important logis à l'enseigne du Grand-Cerf fut bâti au cours des années qui précèdent la Fronde.

 

DSCN1461.jpg

 

 

DSCN1452.jpg 

       

Durant deux siècles, la faïence de Montereau fera la fortune de la ville : Le musée municipal de la Faïence, ouvert dans les locaux de l'ancienne poste, expose une collection de 400 pièces. En germe à la fin de l'Ancien Régime, l'épanouissement industriel de la ville intervient surtout au XIXe siècle. La bourgeoisie triomphante s’exprime dans des édifices tels le château des amendes, demeure du directeur de l’usine voisine qui tire son surnom du fait que sa construction aurait été financée par les amendes infligées au personnel.

 DSCN1466.jpg

 

 

DSCN1455.jpg

 

 

Toujours dans ce registre de l'opulence, la maison Delavaud accumule les signes extérieurs de richesse alors que l’immeuble des galeries parisiennes est un intéressant spécimen de l'architecture commerciale du début du XXe siècle. 

 

DSCN1454.jpg 

     

Les 14 et 15 juin 1940, le centre-ville est écrasé sous les bombes et les ponts sont détruits, laissant de nombreuses familles modestes sans abri. Aussi des baraquements préfabriqués en bois sont-ils aménagés sur tous les espaces verts publics. Ils seront supprimés au cours des années 1950. La ville se relèvera de ses ruines et le plateau de Surville se hérissera de barres et de tours d’immeubles pour loger une population passée de 3.000 habitants au temps de la Révolution à plus de 21.000 en 1975. La ville connaît aujourd'hui un printemps de l'art urbain : Tant en ville Basse qu'en ville Haute, fresques et sculptures à ciel ouvert sont aujourd'hui devenues des éléments incontournables du paysage monterelais.

 

DSCN1471.jpg 

 

DSCN1456.jpg

 

 

 

 

 



10/05/2020
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi