FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

PROVINS

Bâtie autour d'un promontoire, au confluent de la vallée de la Voulzie et de celle du Durteint l’image d'une ville double s'impose dès la fin du XIe siècle avec le développement des échanges économiques autour du centre primitif fortifié, le Châtel. Au cœur de la cité, la maison des petits plaids remplissait une double fonction commerciale et administrative : le prévôt y tenait ses audiences. La maison des quatre pignons était l’ancienne auberge du Petit Écu et la grange aux dîmes, propriété des chanoines de Saint-Quiriace, était louée aux marchands de Toulouse.

 

DSCN2370.jpg

 


DSCN2367.jpg
 

 

DSCN2366.jpg     

 

DSCN2371.jpg 

     

Sur l'éperon rocheux, on trouve un authentique village médiéval avec ses logis à pans de bois et ses caves voutées.


DSCN2358.jpg

 


DSCN2364.jpg

 

 

DSCN2359.jpg

 

 

DSCN2357.jpg  

 

La formidable enceinte de remparts, rénovée et complétée à la fin du XIIe siècle, défendait la cité. La porte Saint-Jean, fermée par un pont-levis, protégeait le chemin de Paris. La porte de Jouy, s'ouvrait sur le plateau.


DSCN2349.jpg

 


DSCN2350.JPG

 

 

DSCN2345.jpg

 

 

DSCN2347.jpg 

 

La tour César est le point culminant de l'éperon, symbole de la puissance et de l'autorité des comtes de Champagne. Elle veille sur la collégiale Saint-Quiriace et le palais comtal.

 

DSCN2379.JPG

 

 

DSCN2377.jpg

 


DSCN2380.jpg
 

 

La ville basse, en pleine expansion à partir du XVIIe siècle se pare de monuments religieux comme l'église Sainte-Croix qui doit son nom à un morceau de la vraie Croix que Thibaud IV aurait rapporté de son pèlerinage à Jérusalem, l’église Saint Ayoul où encore la tour-porte de la collégiale du Val. 

 

DSCN2374.jpg

 

 

DSCN2334.jpg 

                 

DSCN2333.jpg

 
DSCN2335.jpg

    

On trouve aussi le long des bras du Durteint et de la Voulzie de belles maisons champenoises, signe de l’opulence de la cité.

 

DSCN2340.jpg

 

 

DSCN2336.jpg

 


DSCN2338.jpg

 


DSCN2344.jpg       

 

À partir de 1315, le commerce du sel est strictement encadré par l'administration royale : le grenier à sel en est le siège. Sur la colline opposée au Châtel on découvre l'abbaye des Cordelières, fondée en 1248 par Thibaut IV de Champagne, au moment où le pape encourage la présence des ordres mineurs dans les villes.

 

DSCN2321.jpg

 

Plus contemporaine la villa Garnier édifiée vers 1810 est léguée à la ville de Provins à la condition d’être transformée  en musée-bibliothèque. La place Honoré de Balzac ne conserve de son aspect du XIXe siècle que le palais de justice et la fontaine Mattelin-Boyer offerte à la ville par une riche famille provinoise. Pour finir, les cures dans le pavillon des eaux minérales seront abandonnées à la fin du XIXe siècle.

 

DSCN2328.jpg        

 

DSCN2343.jpg

 

 

DSCN2320.jpg

 

 

La position de carrefour permet à Provins de prendre le rôle de capitale politique, économique et intellectuelle, dans le réseau des foires de Champagne : La ville frappe sa monnaie qui est reconnue dans toute l'Europe. Les guerres, les épidémies la modification des axes commerciaux et le rattachement du comté de Champagne au royaume de France confirment le déclin de Provins. Dans les siècles suivants la ville retrouvera sa place de marché régional sans faire preuve d’un dynamisme économique important. De nos jours, elle mise sur la mise en valeur son patrimoine monumental, et accueille ainsi un important tourisme culturel.



08/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi