FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

BENNECOURT (juillet 2015)

En bordure d’un bras de Seine, sur la rive droite du fleuve, le village englobe la Grande Île ainsi qu’une partie de  l'île de la Flotte et compte deux hameaux.

 

DSCN0799.jpg

 

 

À Gloton, quelques plaisantes demeures et leurs coquets  jardins contemplent le fleuve. Le lieu-dit connut son heure de gloire, lorsqu’à la fin du XIXe siècle, Monet, Cézanne et Daubigny, peignant sur le sujet, y fréquentèrent une auberge. Émile Zola, chef de l'école naturaliste, y posséda un pied à terre, et s'inspira de la réalité sociale et des paysages de la région.

 

DSCN0800.jpg

 

À Tripleval, débutent les célèbres coteaux de craie exposés au sud abritant des maisons troglodytes et plus surprenant une chapelle.

  

DSCN0802.jpg 

 

Le bourg, aux rues étroites bordées de maisons rustiques, fut longtemps rattaché à La Roche-Guyon, dont la seigneurie s'étendait dès le  XIIIe siècle sur les deux rives de la Seine de Bonnières à Vétheuil.

  

DSCN0868.jpg

 


DSCN0869.jpg

 

 

 

Les vitraux de l’église Saint Ouen relatent l'exode des Belges durant la Première Guerre mondiale. Employés dans l’usine sidérurgique Siret à Bonnières, ils forment alors une communauté indépendante possédant sa propre paroisse.

 

DSCN0865.jpg

 


DSCN0866.jpg

 

 

 

 

 

 

 



08/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres