FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

MONTLHÉRY (décembre 2013)

Capitale du Hurepoix, célèbre pour sa foire à la tomate, la vieille ville laisse divaguer ses rues pittoresques sur un promontoire rocheux en aplomb de la Sallemouille, entre le plateau de Courtaboeuf et la vallée de l’Orge.

 

DSCN8536.jpg

 


DSCN8549.jpg
 

DSCN8548.jpg 

 

Modeste hameau en bordure de la voie gauloise, puis romaine, qui reliait Paris à Orléans, c’est en 991, que le roi autorise la fortification de la ville. La forteresse, dont la tour de Montlhéry  dominant la contrée en est le prestigieux témoin, commande la principale route du royaume qui s'étend alors entre le Vexin et le Gâtinais. Dès le XIe siècle, Thibaud File-Etoupe fait construire une enceinte autour du bourg qui se développe au pied du château. Il en reste la porte Baudry vers le sud, et la tour ronde de la porte de la Borde au couchant.

 
DSCN8543.jpg

 


DSCN8546.jpg

 

DSCN8544.jpg               

 

DSCN8538.jpg 

 

DSCN8542.jpg
 

Enjeu de batailles permanentes entre les Capétiens et les grands seigneurs, en 1106, Louis VI fait démanteler la forteresse, qui est annexée au domaine royal. À son retour de la seconde croisade, le roi Louis VII fonde dans le bourg un hôtel-Dieu pour les malades et les pauvres jouxtant l’église de la Sainte Trinité.

 

DSCN8535.jpg

 

 

DSCN8534.jpg
 

En 1465 a lieu la célèbre bataille de Montlhéry, entre la Ligue du Bien Public, coalition de grands seigneurs feudataires, et l'armée royale. Chacun s'y attribue la victoire. En 1562, les guerres de religion achèvent de ruiner la forteresse, qui est abandonnée. Au XIXe siècle, les vestiges du château sont utilisés pour des expériences scientifiques : Arago y calcule la vitesse du son, Alfred Cornu celle de la lumière et Chappe y installe une station du télégraphe optique. Le château de La Souche s'appelait au XIXe siècle « Maison de la Reine Blanche » car, selon la légende, Blanche de Castille aimait y séjourner, ainsi que son fils Saint Louis. Après la guerre, un orphelinat occupe le château, qui est par la suite acquis par la commune qui y installe la mairie.

 

DSCN8539.jpg

 

 

Entre 1830 et 1880, les institutions privées s'occupant de l'éducation des jeunes filles et les pensionnats de garçons se développent. La plaque Resve&Gros sur le pignon d’une institution, place de la souche, en garde le souvenir.

 

DSCN8541.jpg

 

 

Aux feux tricolores, sur la nationale 20, une plaque commémorative rappelle que c’est de cet endroit que le général Leclerc donna l’ordre à la 2e DB d’investir Paris. À peu de distance, rue du clos bouquet, se dresse, proche de la nationale, une des rares villas bourgeoises de la commune.

 

DSCN8551.jpg 

 

DSCN8550.jpg
 

 

   



19/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi