FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

SAINT OUEN SUR MORIN

Vers le VIe siècle, le centre du village dénommé Saint-Barthélemy, du nom de l'apôtre qui aurait évangélisé la région, est alors établi au-dessus de la légendaire fontaine Saint-Barthélemy. Pendant tout le Moyen Âge, la seigneurie de Saint-Ouen dépend de celle de Saint-Cyr. Les deux seigneuries sont rachetées au XVIIIe siècle par la famille Montmorency-Luxembourg, qui fait construire le château de La Brosse, situé dans un parc alimenté par les eaux du Petit-Morin et par des sources. L’auberge de la source, créée en 1774, porte bien son nom. Elle accueillit en son temps les joyeux fêtards montmartrois descendus des Archers.

 

REBAIS 042.jpg

 

 
REBAIS 030.jpg
 

REBAIS 028.jpg 

 

En amont de la rivière, on croise au Perron, un moulin qui a conservé vannes, écluses et canal de dérivation.

 

REBAIS 031.jpg

 

 

Au-dessus sur la route de Rebais, le hameau de Courcilly abrite la réplique d’une ancienne loco du « tacot de la vallée », amoureusement reconstitué par une association de passionnés.

 

REBAIS 041.jpg 


REBAIS 040.jpg
 

 

Saint-Ouen est renommé Bon accord en l'an III. Sur décision du maire Devivier, le suffixe « sur Morin » est ajouté en 1860, afin de distinguer la commune de celle de Saint-Ouen-en-Brie, située dans le canton de Mormant. La mairie présente d’ailleurs un original pignon à pas de moineau que l’on retrouve dans toutes les mairies écoles du canton. Situé au nord de la commune à Charnesseuil un château classique reprend le style en vigueur sous Louis XIII.

 

REBAIS 022.jpg 

 

    

 

 



30/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi