FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

BAGNOLET (septembre 2005)

Les Coutures

Caricature de la banlieue telle qu’on se la représente : immeubles vétustes habités par des immigrés, courettes et passages insalubres, vestiges d’un artisanat moribond. Les hauts du quartier aux abords de l’autoroute et du centre commercial Gallieni sont lotis de tours des années 1960/70 en fort mauvais état.

 

 

La Noue 

Curieux passages mi-campagnards, mi-sordides aux limites de Montreuil : le passage de la fraternité, la sente des Guillands et surtout la sente des ravins en forte pente, pavées, envahies par l’herbe, offrent à leur sommet un panorama circulaire sur l’Est parisien. Ils desservent un îlot de pavillons construits de bric et de broc, coincé entre Montreuil et le parc Jean Moulin, aux pelouses vides cernées de tours lugubres, où trônent quelques sculptures métalliques rouillant face à l’échangeur de la porte de Bagnolet.  


DSCN0182.jpg

 


DSCN0183.jpg

 


DSCN0185.JPG

 

 

Les Malassis      

À flanc de vallée, quadrilatère de pavillons où nichent les rares « bobos » de la commune entre l’avenue des Fleurs, la rue des Fossillions et la rue Vercruysse. À l’inverse, le plateau coincé entre la limite de Montreuil, la rue Lénine et l’A3, est constitué d’immenses cités de logements sociaux : ZUP, ZEP, ZAC, et autres joyeusetés qui entourent quelques minuscules squares ainsi que l’inévitable centre commercial.

  

DSCN0186.jpg
 

 

Le Plateau    

Résistant à la pression du béton, quelques bicoques cultivent leurs jardinet,s avec nains incontournables et rosiers, au fond d’étroits passages coincés contre le stade des Rigondes et le nouveau cimetière. Rue Louise Michel désuète chapelle, flanquée d’une touchante statue de la vierge à l’enfant, engoncée entre le cimetière et le chantier d’agrandissement d’un LEP.

 

 

La Dhuys 

Sur le flanc ouest de la vallée principale, c’est un curieux mélange de petits ateliers d’artisanat, de pavillons ouvriers des années 50 cernés par des îlots de résidences un peu plus huppées que dans les quartiers voisins, avec quelques rencontres insolites comme ces jardins maraîchers à l’ombre des buildings, rue du Pilastre. Le parc du château de l'étang, s’élève en gradins au-dessus de la rue Sadi Carnot, traité en jardin sauvage avec un ruisseau recueillant les eaux de source du plateau et s’achève autour du pavillon Bülher, demeure bourgeoise du 19e actuellement squattée ! 

  

DSCN0189.JPG

 


DSCN0190.JPG

  

  

Le Centre         

La rue Sadi Carnot, jadis artère principale du village de Bagnolet, conserve sa structure rurale d’origine bien que les maisons basses du haut de la rue soient toutes murées, en passe d’être livrées à la spéculation immobilière. L’église St Leu-St Gilles à l’allure campagnarde semble un peu perdue aux pieds des barres d’habitations.

 



19/03/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres