FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

BEAUMONT DU GÂTINAIS

À l'extrême pointe du canton, à 500 mètres du Loiret, la plus méridionale des communes d’Île-de-France se trouvait dans la forêt d'Orléans au Moyen Âge. Pendant la guerre de Cent Ans, la population est particulièrement éprouvée par les grandes compagnies d'armes qui rançonnent la région. Pour se défendre, les villes alentour construisent généralement des palissades, Beaumont-du-Gâtinais se dotera de fossés, alimentés par le Fusain qui approvisionne aussi les douves du château devenus la mairie de la commune.

 

DSCN3334.jpg

 


DSCN3339.jpg

 


DSCN3340.jpg

 


DSCN3347.JPG
 

 

En face, La halle du bourg comporte des greniers pour stocker le grain. Elle est utilisée pour les marchés hebdomadaires et les quatre foires annuelles.


DSCN3333.jpg

 

 

DSCN3344.JPG

 

 

La tour du clocher de l’église Saint Barthélémy sert de fortification avec sa tourelle de défense percée de meurtrières.

 

DSCN3332.jpg

 


DSCN3342.jpg

 

 

Sur la route de Boësse, à l’écart du centre, l’ancienne gare, aujourd’hui désaffectée, se meurt à petit feu

 

DSCN3348.jpg 



14/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi