FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

MAUREPAS (novembre 2012)

Le fond du vallon de Maurepas, parcouru par le ru de Courance, est habité dès la préhistoire. À la fin de la période romaine, les invasions se succèdent. Les paysans se regroupent sur la butte qui domine la vallée. Au 9e siècle, pour résister aux invasions normandes, les Malrepast font édifier une demeure fortifiée en bois sur une levée de terre. Au début du XIe siècle, l'ensemble est reconstruit en pierres meulières du pays. Comparable à ceux de Châteaufort ou de Neauphle le Château, c’est le seul donjon cylindrique à contreforts existant encore en Île-de-France.

 

Tigeaux 008.jpg 

 

Tigeaux 016.jpg 

 

Tigeaux 020.jpg

 

 

Tigeaux 022.jpg

 

 

Jusqu'à la fin des années 1960, Maurepas est un petit village vivant de l'agriculture, regroupé autour de l’église Saint-Sauveur, ancienne chapelle seigneuriale qui a conservé une ouverture ogivale, de sa mairie école inaugurée en août 1895, et de la maison Bethanie dite aussi « de l'abbé Coquerel » caractérisée par sa haute taille et par son observatoire.

 

Tigeaux 017.jpg

 

 

Tigeaux 018.jpg

 

 Tigeaux 021.jpg       

 

En 1973, dès la création de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines, les champs cèdent la place à une urbanisation massive, principalement l'œuvre de Jacques Riboud.

 

Tigeaux 023.jpg

 

 

Tigeaux 002.jpg

 


Tigeaux 005.jpg

 

 

La ville se compose à présent d'une zone densément urbanisée, qui s'étend de la nationale 10 à l'ancien village dominant le vallon occupé par le bassin de la Muette, les terres agricoles, les forêts de Maurepas et de Prud’homme, et au nord du territoire, l’ancien hameau de la Villeneuve, loti récemment.


Tigeaux 011.jpg


 



16/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres