FRANCILIEN-HEUREUX

FRANCILIEN-HEUREUX

MÉRÉVILLE

Le territoire de la commune était autrefois traversé par une voie gallo-romaine reliant Sens à Chartres. Appelée « Chemin de Chartres au Pèlerinage de Larchant » elle marque aujourd'hui la limite entre l'Essonne et le Loiret. Le village est fortifié entre 1190 et 1252 puis scindé en deux bourgs : celui de Saint-Père, sur le plateau, où se trouve l'église Saint Pierre et Saint Étienne.


067.JPG
 

 

Dans la vallée, celui de Méréville contigu au château autour de sa halle et de vieille demeures pleines de charme

 

054.JPG 

    

052.JPG 

 

055.JPG 

 

L'état actuel du parc et du château ne reflète plus la perfection de la réalisation conçue entre 1784 et 1793 pour le banquier de la cour, Jean-Joseph de Laborde. À l'est, la grande prairie où serpente la Juine est encore visible, mais les fabriques, tombées en ruine ou vendues, font défaut dans le paysage à l’exception du lavoir du moulin du pont

 

056.JPG

 


057.JPG

 

      

La colonne Trajane, à l'extérieur du parc, domine actuellement le lotissement bourgeois du bois de Boulogne !

 

060.jpg

 

 

059.jpg    

 

À la fin du XIXe siècle, les Mérévillois décident de s'offrir un hôtel de ville digne d'un chef-lieu de canton. L'ampleur du bâtiment et sa modernité manifestent la volonté des habitants d'affirmer leur indépendance face à l'église et au château.

 

058.JPG

 

 

La culture du cresson est introduite en France entre 1809 et 1810 par Cardon, gestionnaire des hôpitaux de la Grande Armée. La crainte du scorbut l'incite à créer la première cressonnière. Charles Lefèvre s'installe à Méréville en 1894 qui est devenue la capitale mondiale du cresson par la longueur des fossés et le nombre d'hectares cultivés. Le circuit botanique croisant la maison du Cresson, les cressonnières et les moulins sur la Juine constitue une balade incontournable pour comprendre cette culture originale.


061.JPG

 


063.jpg

 


066.JPG
 

 

 

 

   

 



19/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi